Histoire

La superficie de la commune est de 2654 ha.

Dans la courbe de l’Adour, en amont et en aval de la confluence avec les Gaves réunis, Sainte Marie de Gosse se distingue par son relief prononcé.
Face à embouchure de la Bidouze (côté Guiche) s’étend en bordure de l’Adour une île dite de Mirepech, séparée de la rive par un bras du fleuve auquel a été donné le nom de « Decq ». La superficie de l’île est de 14 ha. Deux pirogues monopoles, dont l’une du XIVe siècle, furent découvertes près de l’île en 2004 et 2005.

Au nord est de la commune, les coteaux du Cahurt, non loin du fleuve, ont été longtemps exploités en carrières. Selon la tradition, des « grottes préhistoriques » auraient existé avant d’être détruites par l’exploitation. Aucun écrit cependant ne vient le confirmer. Dans une petite propriété près de la RD 817, au dessus de la colline, une galerie concrétionnée fut mise au jour en 1938 lors du creusement d’un puits. Son busage fit ensuite disparaître l’accès. Vers 1990, dans un bois voisin, l’entrée d’une cavité de 60 à 80 mètres de développement fut découverte par le Spéléo-Club des Landes.

Selon la tradition, la maison du Rey (roi) devrait son nom aux visites galantes d’Henri IV.

Un beau panorama sur la vallée de l’Adour et des Gaves peut être admiré depuis le site de Miradour (propriété privée), au sud-est de la commune, qui fut la propriété d’Alfred Eluère puis du professeur Delay, de l’académie française. Non loin de là, se trouve Gayrosse avec son ancien moulin.

Maysoun blanque sur la route de Bellevue, fut la maison familiale d’Isidore Salles, préfet dont le souvenir reste marqué par sa solide oeuvre gasconne. L’Academie gasconne de Bayonne vint apposer une plaque sur la demeure en 1930, année où la Société de Borda publia un volume de ses poésies.

La paroisse, dont les Bénédictins de Sorde auraient pu être les fondateurs, portait autrefois le nom de Sainte Marie de Biarrotte.
Durant la Révolution, la commune prit le nom de « Barras »
L’église, d’origine romane (XIIe siècle), a été remaniée aux XIIIe-XIVe siècles où elle fut fortifiée, puis aux XVe-XVIe siècles (gothique flamboyant).

Toponymie

Il existe plusieurs explications possibles au nom de la commune :

La terminaison « osse » proviendrait du suffixe euskarien « otz » qui indique un domaine, un lieu. Ce suffixe basque est resté en gascon (-os(se)et aragonais (-ués) et a constitué de nombreux noms de village dans l'aire vasconne (Tosse, Seignosse, Biaudos, Angresse, Seyresse, Tarnos, Tyrosse, Biscarosse…).
Il semblerait que « gosse » vienne de Gosse < Garros < (Goi/garai)-oz, 'lieu en hauteur' (dans la commune, le quartier Gayrosse proviendrait du même fond proto-basque).
Le mot « gosse » pourrait être une déformation de l'anglais goose, oie, car ce volatile est très présent dans cette région des Landes, conquise par les Anglais pendant la guerre de Cent Ans
Fondée par les Bénédictins, ancienne halte des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Au cours de la période de la Convention nationale (1792-1795), la commune porta le nom révolutionnaire de Barra.

Son nom occitan gascon est Senta Maria de Gòssa.

Horaires Mairie

lundi, mardi et jeudi
8h30 à 12h30 - 13h30 à 17h30
Mercredi et Vendredi
8h30 à 12h30
Samedi
de 9h à 12h

Horaires agence postale

lundi, mardi et jeudi
8h30 à 12h30
Samedi
9h à 11h30

Horaires Déchetterie

Lundi
8h à 12h
Mercredi
8h à 12h -13h30 à 18h
Samedi
13h30 à 18h

Blason

© 2019 - Mairie de Sainte Marie De Gosse/ Développé par la Mairie de Sainte Marie De Gosse avec le soutien de MACS

Search